Essais autoLes essais de la rédaction

ESSAI – 1.000 bornes en Toyota Prius (2024) : est-elle aussi économique que stylée ?

Autant l’avouer, on ne pensait pas s’enthousiasmer un jour à l’idée de passer des vacances et enchainer près de 1.200 km en Prius. Maintenant qu’elle se prend presque pour un coupé, l’emblématique hybride Toyota est devenue beaucoup plus sympathique. A part le look, que lui reste-t-il concrètement ? La proposer uniquement en hybride PHEV est un calcul risqué, qu’il convient de juger à long terme.
Sans refaire le déroulé de l’histoire, la métamorphose de la Prius au fil des générations est tout à fait spectaculaire. Effet garanti : plus rien à voir avec la dérangeante berline tricorps vendue à une poignée d’exemplaires à la fin des années 90. Guère plus de choses en commun avec les Prius suivantes, hésitantes entre berlines compactes et monospaces (au point d’en devenir un avec la Prius+ en 2011).