Dossiers

Malus écologique, leasing social, radars, permis, covoiturage : découvrez tout ce qui change en 2024

Comme chaque année, le 1er janvier est synonyme de changements pour les automobilistes. C’est en effet ce jour que sera officiellement mis en place le leasing social (voiture électrique à 100 euros par mois), le nouveau barème du malus écologique, sans oublier le retour du chèque carburant ou de la prime au covoiturage. Sur une note plus joyeuse, les petits excès de vitesse n’entraîneront plus aucune perte de point à partir de cette date.
Comme le veut la coutume, le secteur de l’automobile Français va connaître bon nombre de changements importants le 1er janvier 2024. Depuis de nombreuses années, c’est à cette date que les nouvelles lois et mesures entrent en vigueur, de la traditionnelle augmentation des tarifs des péages aux nouvelles modalités du bonus / malus écologique, en passant par les petites mises à jour du code de la route. Cependant, bien que les automobilistes français soient habitués à ces évolutions annuelles, 2024 s’annonce particulièrement chargée et promet déjà son lot de changements. Pour s’y retrouver et être certain de ne pas se retrouver devant le fait accompli, on vous fait un récapitulatif complet de tout ce qui change à compter du 1er janvier.
Le barème du bonus / malus écologique plus strict que jamais
C’est l’un des sujets récurrents de cette fin d’année 2023, voire peut-être celui qui a fait couler le plus d’encre. Annoncé il y a déjà quelques mois, le nouveau barème du bonus / malus écologique entrera en vigueur le 1er janvier 2024 et promet de bouleverser le marché du neuf. Côté bonus, le gouvernement a mis en place un système de score environnemental prenant en compte l’endroit et le mode de production des voitures électriques. Ainsi, les modèles obtenant un score d’au moins 60/100 pourront être éligibles. Globalement, toutes les voitures produites en Chine n’y auront plus droit, à l’image de la Dacia Spring. Pour ce qui est des modalités, les acheteurs devront conserver leur véhicule au moins deux ans et ne pas le revendre avant d’avoir parcouru au moins 6.000 kilomètres. Le montant du bonus peut aller jusqu’à 7.000 euros pour les ménages les plus modestes, et 5.000 euros pour ceux dont le revenu fiscal de référence dépasse les 14.089 euros. Attention toutefois, seuls les modèles dont le prix est inférieur à 47.000 euros pourront prétendre au bonus écologique.{{_DYNINFEED_BLOCK_}}

Lire aussi : Bonus écologique 2024 : les voitures chinoises seront bien défavorisées

Côté malus, en revanche, il faudra avoir les reins solides puisque le seuil de déclenchement est abaissé à 118 g/km de CO2, contre 123 g/km en 2023. Les modèles les plus polluants, quant à eux, seront assujettis à un malus record de 60.000 euros, contre 50.000 cette année. Autre petite subtilité, le malus ne sera désormais plus plafonné à 50 % du prix d’achat de la voiture. Une Ford Mustang verra donc son prix exploser, atteignant alors plus de 110.000 euros !
Enfin, sachez que le barème du malus au poids a, lui aussi, été réévalué et est maintenant plus sévère également. Ainsi, le seuil de déclenchement s’abaisse à 1.600 kg, avec une taxe de 10 euros/kg jusqu’à 1.799 kg. Le prix du kilo augmente sur cinq tranches, jusqu’à atteindre 30 euros/kg au-delà de 2.100 kg. Pour rappel, le malus écologique et le malus au poids sont bel et bien cumulables. Attention donc au moment de passer commande en concession…

Lire aussi : Malus écologique 2024 : attention, ça va faire (très) mal !

Voiture électrique, le leasing à 100 € / mois
C’était une mesure promise par Emmanuel Macron lors de sa réélection, le leasing à 100 euros par mois s’apprête à entrer en vigueur en 2024. Sa mise en place est prévue dès le mois de janvier et devrait permettre la livraison de 20.000 voitures électriques sur l’ensemble de l’année. Ce système est par ailleurs appelé à prendre plus d’ampleur dans les prochaines années. Bien sûr, n’importe qui n’y aura pas droit. Seuls les ménages les plus modestes, dont le revenu fiscal de référence est inférieur ou égal à 15.400 euros par part y seront éligibles. De plus, il faudra justifier du fait de parcourir plus de 8.000 kilomètres par an, ou bien habiter à plus de 15 kilomètres de son lieu de travail pour en bénéficier. Les salariés devront donc demander une attestation officielle à leur employeur pour justifier de leur lieu d’exercice et les entrepreneurs devront transmettre une attestation sur l’honneur ainsi qu’une attestation de sécurité sociale valide.{{_DYNINFEED_BLOCK_}}

Lire aussi : Leasing social : la voiture électrique pour 100 euros par mois, c’est pour bientôt !

Bien entendu, tous les véhicules ne seront pas éligibles à cette aide gouvernementale. N’espérez pas en bénéficier pour vous acheter une Porsche Taycan, la location à 100 euros ne concernera que les voitures électriques abordables. Les conditions précisent que les véhicules ne doivent pas coûter plus de 47.000 euros, et ne doivent pas peser plus de 2,4 tonnes. De plus, le score environnemental sera également pris en compte, seuls les modèles les mieux notés seront accessibles. Les bénéficiaires auront l’obligation de conserver leur véhicule au moins 3 ans, et pourront parcourir jusqu’à 12.000 kilomètres par an. Pour vérifier votre éligibilité, il suffit de vous rendre sur la plateforme « mon leasing électrique ».
Augmentation du nombre de radars sur les routes de l’hexagone