Dossiers

La ‘’Vallée de la batterie’’, un développement stratégique pour un parc automobile plus vert

Deux millions de voitures électriques, c’est l’objectif de production que vise la France à l’horizon 2030. Mais comment l’atteindre ? En misant en grande partie sur les industriels qui s’installeront au nord de la France, de Dunkerque à Douvrin, spécialisés dans la fabrication et le recyclage de batteries.
Avec 17 % des ventes l’an dernier, l’électrique prend peu à peu sa part et participe, d’une certaine manière, à la constitution d’un parc roulant plus vertueux. Mais, on le sait, la circulation automobile des véhicules thermiques entraîne toujours une pollution environnementale difficile à réduire, un sujet pris très au sérieux par les gouvernements et les constructeurs.
La voiture électrifiée tend donc à devenir à moyen terme une des solutions pour réduire cet impact, mais la production des batteries est pointée du doigt, pour l’extraction minière et les coûts de fabrication qu’elle engendre. C’est pourquoi les industriels tentent de rivaliser pour produire de manière plus responsable et que la France a fait le pari d’installer une Vallée de la batterie sur son territoire, en quête de souveraineté vis-à-vis de la Chine.{{_DYNINFEED_BLOCK_}}
La production a commencé à Douvrin…
En 2025, sur un site encore en travaux, une des plus grandes gigafactories de France (Verkor, 1,7 milliard d’euros) commencera à produire des batteries à Bourbourg, près de Dunkerque. Objectif en 2030 : la sortie d’environ 300 000 batteries dites « haute performance » pour des véhicules haut de gamme. La cité de Jean Bart deviendra d’ailleurs le cœur de la Vallée de la batterie, avec deux autres sites : Prologium (5,2 milliards d’euros investis d’ici 2030), qui vient d’ouvrir son usine test à Taïwan et XTC-Orano (1,7 milliard d’euros) à Loon-Plage. 
Mais aujourd’hui, la fabrication de batteries dans le nord est l’activité d’une seule entreprise : ACC (Automotive Cells Company), située à Billy-Berclau/Douvrin dans le Pas-de-Calais, sur un site de 34 hectares. Cette gigafactory, inaugurée l’année dernière, compte pour l’heure 450 collaborateurs et un bloc de production d’une capacité de 8 GWh.